Bonjour,

il y a quelques temps, au hasard de mes promenades sur le net, je découvre un café-tricot sur Quimper (ville dont je ne suis pas très loin). Toute heureuse de cette aubaine, je zappe sur le blog et je vois qu'il suffit de s'inscrire sur Ravelry d'une part et d'autre part, qu'il a lieu tous les derniers samedis du mois. Je me dis GENIAL !

Donc, 14h35 (sachant qu'il commence à 14h30), je me pointe au lieu indiqué. Sur le trottoir, je croise d'autres tricoteuses, nous nous présentons et entrons. L'endroit est très typique : nous avons l'impression de nous retrouver plongé dans les meilleures périodes hippie baba cool. C'est assez amusant.

On nous indique un petit escalier pour monter à l'étage où a lieu le tricot-thé. Là, des personnes sont encore installées à table pour déjeuner. Bon... rien n'est préparé pour la venue de tricoteuses ... (je me dis alors pourquoi s'inscrire..) la patronne nous dit que la dernière fois il n'y avait que 4 personnes. Bon, je me dis tout s'explique.

Dans un coin de la petite, très petite salle, une table pour 8 personnes et déjà 4 tricoteuses installées, donc, nous pensons à juste titre que nous allons pouvoir nous installer avec elles. Eh bien non. On nous indique une petite table ronde à côté. On se regarde toutes les deux, mais bon, on s'installe sur la-dite table. On sort nos tricots. Une troisième personne vient se joindre à nous. Et voilà, qu'il me faut me lever pour laisser passer 4 autres personnes (les lieux sont très exiguës). J'attends que ces dames veulent bien passer, et nous constatons qu'elles vont s'installer à la table de 8 ! Donc, on est quoi, nous?

Dix minutes se passent et cette fois, il faut se lever pour changer de table car une personne a fini de déjeuner et libère sa table. Il y a 6 chaises et nous sommes 8 ??? pas grave, la patronne, nous installe dans des angles. Bon, on ne dit rien d'autant que nous nous trouvons enfin avec d'autres personnes avec lesquelles nous commençons à discuter tranquillement. L'après-midi semble bien partie. D'autres personnes sont arrivées.

Euh, juste 10 minutes, car la patronne revient, veut que nous mettions nos sacs que nous avions posé sur un fauteuil inoccupé à côté de nous, dans un coin par terre ... euh... et nous déplace encore une fois toutes les deux, et nous deux seulement et cette fois, nous nous retrouvons carrément le dos à la salle et aux autres. Elle veut nous installer sur des sièges plus qu'inconfortables !! Là, je lui dis d'une part que je garde la chaise que j'avais et d'autre part lui demande combien de fois nous allons encore déménager pour nous retrouver complètement exclues du reste du tricot-thé? Elle me jette un regard noir et ne s'excuse pas, dit simplement qu'elle ne pensait pas avoir autant de monde.

La salle est si bruyante que même assises l'une à côté de l'autre on ne s'entend pas parler! Les deux autres tricoteuses qui viennent après avec nous sont l'une muette et l'autre intéressante, mais bon.

Que le mobilier soit visiblement de la récupération des diverses poubelles possibles soient une chose, mais est-ce que cela doit exclure la simple politesse?

En partant et en payant notre thé, la patronne a récidivé à me faire passer pour une personne enquiquineuse et n'acceptant pas le fait qu'elle n'avait pas prévu autant de monde. Ce à quoi je lui répondu qu'elle ne s'inquiète pas, nous ne viendrons plus l'encombrer!